L’évangile des ténèbres – Jean-Luc Bizien

l_evangile_des_tenebres
Il est des livres que l’on choisi pour la couverture, le résumé ou par les conseils d’une amie. Celui-ci, c’est grâce à Maxime Chattam qui qualifie ce roman (éditions du Toucan)avec cette phrase : « Du grand art! ». Alors je n’ai pas hésité, je recherchais depuis un moment un nouvel auteur, le voici sur un plateau et quel plateau ! ! !

« Seth Ballahan, rédacteur en chef d’un quotidien américain, apprend que Michael Wong, l’un de ses collaborateurs, est piégé en Corée du Nord. Face à l’absence de réaction de sa hiérarchie, Ballahan voit rouge. Contre vents et marées, il décide de secourir le jeune Wong. Dans Piongwang, la capitale fantôme où les hommes ne sont que des ombres, il cherche l’aide auprès de Suzan, ravissante correspondante d’une O.N.G canadienne.
C’est alors que le Mal absolu surgit : un tueur monstrueux laisse dans son sillage une longue suite de cadavres atrocement mutilés. Paik Dong-Soo, brillant militaire nord-coréen, se lance sur ses traces.
Ils se retrouvent tous, à l’issue d’un parcours halluciné, en un lieu oublié. Celui qu’annonce l’Évangile des ténèbres… » Lire la suite

Léviatemps – Maxime Chattam

Ça y est j’ai lu le diptyque de Maxime Chattam (Léviatemps & Le requiem des abysses). Lecture très attendue pour ma part, mais j’attendais d’avoir les deux tomes en ma possession pour ne pas me retrouver sur ma faim une fois le premier lu.

Résumé du livre :
« Prisonnier de son succès, un écrivain décide de tout quitter pour entrer au plus profond de ses cauchemars, de ses abysses, explorer ce qu’il y a de pire en lui. Dans ce terreau de peurs se cache la matrice des monstres enfouis en chacun de nous. Un Léviatemps d’ombres, un golem de violence.
Guy de Timée voulait déterrer la fange, il va rencontrer le Mal. »

Mon avis :

Maxime Chattam nous emporte dans Paris en 1900, lors de l’exposition universelle. Et avec ses mots il nous plonge totalement dans une ambiance qui en surface parait belle sous la surveillance de la dame de Fer, mais qui cache des ténèbres profondes et dont on ne peut pas sortir indemne.
Le personnage principal Guy de Timée est très attachant, de par son histoire passée, sa vision au quotidien et son envie de connaitre les zones les plus noires de l’Homme.
Entouré de quelques proches il va mener son enquête quitte a se brûler les doigts.

L’auteur nous accroche dès les premières pages comme il sait si bien le faire, nous montrant la folie qui peut pousser certains hommes à vouloir pousser la science et la technologie afin d’assouvie ses propres intérêts.

Malgré toutes la noirceur qui peut être peinte par l’écrivain, j’ai totalement aimé le décor parisien qui nous est décrit et me suis surprise à me dire « j’aurai aimé voir cette époque, ce siècle qui s’ouvrait avec cette inconscience collective pour l’avènement du progrès », puis personnellement le Paris de 1900 avec l’exposition universelle c’était impressionnant. J’ai poussé quelques recherches suite à la lecture du livre pour trouver des archives et des photographies de cette exposition, ce fut tout simplement passionnant.
Puis comme je le pressentais avec toutes les œuvres de Maxime Chattam, qui sont en plusieurs tomes, je me suis immédiatement jetée sur Le Requiem Des Abysses afin de retrouver Guy de Timée.