Le berceau des ténèbres – Jean-Luc Bizien

P_20170621_190016Et voilà, j’ai pris du temps pour achever cette trilogie, mais j’ai voulu faire durer le plaisir et maintenant je dois l’admettre je me sens un poil « triste ». Ecrire des livres comme ça, c’est juste un délice pour nous, lecteurs en quête de frissons.
J’ai découvert Jean-Luc Bizien en février, la couverture m’avait immédiatement attirée et le titre s’annonçait prometteur « L’évangile des ténèbres », et comme quoi l’instinct il est bon de le suivre. Le premier tome je l’ai lu en tout juste deux jours ! Pareil pour le tome 2 « La frontière des ténèbres », alors qui est cet homme qui est capable de me rendre accro à ce point ? Mr Bizien est un sacré personnage si je puis dire et j’ai eu l’occasion de le rencontrer lors du salon du Livre Policier à Neuilly Plaisance en mars. Plaisir d’échanger de tout de rien, comme j’aime le dire, cet homme est nature peinture et ça fait du bien. Mais revenons à cet ultime tome.

Nous retrouvons nos personnages principaux à New York, Seth Ballahan à retrouvé son bureau de rédacteur en chef, avec sa femme et sa fille la vie semble avoir pris un chemin normal, mais c’est sans compter sur Seth qui mets toujours le doigt sur les affaires les plus sombres, qu’il vaut mieux parfois de pas connaitre.
De son coté, Paik Dong Soo à réussi à quitté la Corée du Nord avec femme et enfant, fini le régime totalitaire où le mot liberté n’a pas son sens, et où le culte du leader suprême Kim Jong Un est religion. Sauf que Paik Dong ni parvient pas, à New York le décalage est trop brutal, passer de rien à une liberté complète, c’est trop pour lui. Seul, enfermé dans son appartement, la dépression s’est installée et sa famille semble impuissante face à cet homme qu’elle ne reconnait plus vraiment.

On retrouve donc nos copains si je puis dire, l’un semble renforcé depuis la Corée du Nord et le second est dans un état auquel on ne s’attend pas. Bizien malmène Paik Dong, mais pour le voir revenir plus fort et peut être plus terrifiant. Puisque lorsque ce dernier ce fait engagé par le « parrain » de la mafia chinoise pour chasser un mystérieux « The Ace », le père de famille va trouver la force de redevenir le militaire dur et exigeant qu’il était pour le suprême leader.

Cet opus est terriblement exquis, la question que l’auteur nous pose c’est au final, jusqu’où sommes nous prêts à aller pour sauver les nôtres. Et même si la réponse semble évidente, force est de constater que le chemin n’est pas le même pour tous.
Les souterrains de la grosse Pomme seront le terrain de jeu de nos protagonistes, et c’est là que le titre du livre prend tout son sens. Mais peut-on retrouver la lumière après être allé si loin dans les ténèbres ?

L’écriture est toujours la même, à chaque chapitre on est pris dans l’engrenage et l’on ne peut plus s’arrêter, c’est rythmé, c’est vivant et chaque personnage est là, page après page pour nous guider.

P_20170621_190323.jpg

J’ai tout aimé, dans cette trilogie et ce final est au dessus de toutes mes attentes, oui oui, je suis séduite à 200%. Jean -Luc Bizien n’a pas froid aux yeux, il commence en pointant du doigt cette Corée du Nord (qui est tout de même un pays de dingue, et je ne parle même pas du dirigeant), puis il parvient à rendre attachant des personnages qui ne sont pas les plus sociables au monde. Alors quand vous ne connaissez pas l’auteur, vous vous dites « mais c’est qui ce type ? ».
Ce type il écrit des bijoux, des livres qui vous prennent aux tripes et que l’on ne peut pas reposer tant que l’on atteint pas l’ultime page.

Et puis j’ai oublié, Jean-Luc comment avez vous fait pour engager ce profiler du FBI, connu de nombreux lecteurs ? Alors que certains attendent son retour dans un ultime roman de monsieur C, vous, vous l’engagez comme ça et le plus dingue c’est qu’on reconnait pleinement son caractère. Vous êtes talentueux Jean-Luc, mon coup de foudre de cette année et vous savez quoi ? On boit un Pepsi au Batignolles quand vous voulez.

 

Le berceau des ténèbres, Jean-Luc Bizien, Edition du Toucan, septembre 2015, 9.90€

Publicités

Une réflexion sur “Le berceau des ténèbres – Jean-Luc Bizien

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s