Territoires – Olivier Norek

            Les cités qui brûlent, les forces de l’ordres caillassées, les trafics de stupéfiants…. On a tous vu ce genre d’actualité sur nos écrans télés lors du JT de 20H. Mais les coulisses, ceux qui mènent la danse, le pourquoi et les comment, vous vous le demandez ? Olivier Norek nous dévoile ce qu’il peut y avoir de plus noir dans les banlieues.
 
Après Code 93, il me tardait réellement de retrouver le Capitaine Coste et son équipe, c’est donc avec un grand plaisir que j’ai attaqué Territoires, histoire de voir si notre « flic-auteur », transforme l’essai.
 

On retrouve l’équipe Crime 1 au complet, comme nous l’avions laissé et cela fait plaisir, car au-delà de la noirceur des livres, les hommes et les femmes présent on s’y attache mine de rien (mention spéciale à Johanna quand elle défend son chef, j’ai explosé de rire). Alors soyez prévenu, cela commence fort et même très fort, les cadavres sont une mise en bouche assez directe. Nous nous situons dans la banlieue de Malceny et en quelques jours cela bouge dans cette cité. Les gros bonnets sont éliminés dès les premières pages, on est spectateur de la mise en place d’un nouveau boss qui a très vite compris comment on tire les ficelles dans le 93.
Alors que tout semble affaire de stup, Coste laisse cela à la Crime 2, sauf que lorsqu’il s’agit de retrouver une retraitée décédée d’une crise cardiaque avec pour linceul des billets froissés, c’est à l’humain que l’on touche et pour le capitaine il est temps de rentrer dans la partie.
 
Ce qui ressort de ce roman, c’est à quel point l’Homme est capable de pousser le vice pour maintenir un semblant de cohésion sur son propre territoire. Norek nous montre la part cachée des cités du 93 et c’est magnifiquement réussi.

 

Un petit bémol personnel à l’attention de l’auteur, cher Mr Norek, je lis des livres assez noir et très dur depuis longtemps, mais pour la première fois de ma vie j’ai bien faillis fermer le livre suite à Monsieur Chat (on se comprend je pense). Je suis capable de lire du Harris sans jamais avoir de hauts le cœur, mais là s’il vous plait, plus jamais ça (même si je crains que cela fasse parti des 90% de réel).
Publicités

Une réflexion sur “Territoires – Olivier Norek

  1. Pingback: Surtensions – Olivier Norek | Les Lectures de Cheesy

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s